L’utile et l’agréable

Isabelle Retouche 1-05553

Isabelle
Date : 21/8/2015, 11h.
Lieu de rencontre : Bibliothèque François Mitterrand
Trajet : Blanche – BNF.

Je ne suis pas vraiment la spécialiste du vélo. Le vrai fan de vélo, c’est mon mari. Celui que j’ai là a deux jours, il est flambant neuf.

En fait, ça fait longtemps que j’en fais, j’en avais un avant d’habiter à Paris. Mais à Paris je ne m’en étais pas servi parce qu’il était trop petit, qu’il avait un système de vitesses pas pratique : j’avais fini par le donner, et je fonctionnais aux Vélibs. Seulement, les Vélibs sont lourds, ils ne sont pas en bon état, dans mon quartier il n’y en a jamais. Et puis je prends de l’âge, et j’ai besoin de faire du sport – je cours moins bien, donc je me suis dit que le vélo était une activité idéale après cinquante ans, et c’est une façon de joindre l’utile et l’agréable, puisque ça permet de se promener.

Depuis très longtemps, mon mari me promet son vélo, et de s’en acheter un beau et neuf – et puis il ne le fait pas, donc j’ai fini par acheter le mien. C’est un vélo trekk, je me suis dit que c’était bien qu’il soit un peu polyvalent. Je suis ravie – après j’espère que j’ai fait le bon choix de vélo, c’était un peu un coup de cœur. Il est un tout petit peu lourd, 17 kg, mais comme il a plein de vitesses et que je viens des Vélibs, ce n’est pas un inconvénient pour l’instant. C’est une super sensation, ça donne la pêche quand on s’est bien dépensé, pour commencer à travailler ensuite.

Dans mon immeuble il y a beaucoup de gens qui font du vélo ; il y a un vieux monsieur qui bichonne son vélo tout le temps – ce n’est pas mon truc, je ne réparerais pas mon vélo moi-même, même si je vais essayer de l’entretenir bien.

Pour moi, c’est un bon moyen de transport. Je pense que dans Paris la voiture ça n’a plus de sens. Après, le métro ça permet d’écouter de la musique, de lire…sur un vélo on ne peut rien faire : on médite, parfois on rumine, mais on peut décompresser quand même, et ça évite d’être en souterrain et de ne pas voir la lumière du jour.

Quand il va pleuvoir, je serai protégée par mon casque et mon blouson en cuir. Contrairement à beaucoup, je ne vais pas au boulot en costume-cravate, donc ce n’est pas vraiment un problème. De toute façon, une partie de mon travail est à Créteil, donc ce ne sera pas tous les jours non plus. Le casque ça a été un grand débat. Puis ma fille s’est fait mal en tombant contre une marche, et je me suis dit qu’il valait mieux ne rien risquer. Les vrais aventuriers, c’est ceux qui prennent des précautions.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s