Le cadeau de ses 81 ans

DSC04810 noir et blanc

Bernard.
Date : 19/6/2015
Lieu de rencontre : Rue François-Miterrand, Ivry-sur-Seine.
Trajet : Place des Vosges – Vitry.

J’ai 83 ans et j’en ai toujours fait, depuis l’âge de 10 ans, dans Paris. J’ai jamais arrêté, j’ai fait quand même beaucoup de route, surtout dans la région de Fontainebleau, Mussy-la-Forêt, etc. Mais là c’était un vélo de course – j’ai eu des Peugeot, des Lejeune, mais après j’ai eu un vélo que je me suis fait faire sur mesure. A l’époque, il y a une trentaine d’année, ceux qui faisaient beaucoup de vélo faisaient ça. Je n’ai jamais fait de course parce que je n’aimais pas la servitude de suivre les autres, parce que subitement en pleine campagne, si quelque chose me plaisait, je m’arrêtais.

Le meilleur endroit que j’ai vu, je ne sais pas, mais le plus difficile c’était en Lozère, vers le Mont Aigoual, à la limite du Gard…mais bon, attention, j’étais jeune ! J’ai jamais arrêté, j’en ai fait tout à l’heure. Je ne me souviens plus quand j’ai appris à faire du vélo – j’ai une photo où j’avais peut-être quatre ans, c’est la seule photo à vélo que j’ai de mon enfance.

Le vélo électrique – c’est parce que je ne pouvais plus monter les côtes, surtout celle de Villejuif, alors pour mes 81 ans je me suis dit « il faut que je trouve une solution » et c’est de là que j’ai pris l’assistance électrique. Et contrairement à ce que les gens pensent, il faut quand même pédaler – et l’inconvénient, avec le vent, c’est que l’autonomie est faible, donc il faut quand même recharger assez souvent ; lorsque vous n’avez plus de batterie, ça ressemble aux mobylettes quand on n’avait plus d’essence : pour pédaler c’est épouvantable, c’est encore trop lourd – celui-ci fait dans les 25 kg, alors que celui que j’avais de course il faisait 7 kg ! Bah oui, j’étais snob – c’est important vous savez un vélo sur mesure !

Je me suis déjà fait voler des vélos, donc un devant la Samaritaine, bien accroché, et alors qu’il rentrait plein de monde. Mais celui-là pour le moment, je n’ai rien eu.

J’ai quand même été opéré deux fois de la hanche, dont une fois parce qu’on m’avait renversé à vélo, en forêt de Fontainebleau, et la personne a pris la fuite, et je suis resté tout seul sur la petite route forestière, jusqu’à ce que des gens passent – vers huit heures et demi du matin, il y a une vingtaine d’années. Je trouve que la circulation s’est accentuée, c’est ahurissant les voitures – il y a des heures qu’il faudrait éviter mais que je n’évite pas, notamment vers 17h-18h.

Là où je suis vraiment furieux, c’est depuis l’avènement des vélib’. Pour moi, ce ne sont pas des cyclistes, mais des « cyclards ».Ca fait le troisième accident grave que je vois dans Paris, dont deux morts, et toujours des vélibs.

Là où je ne suis pas d’accord en tant que cycliste, c’est là où ils ont mis des pistes en sens interdit…rue du Temple, c’est ridicule. Les automobilistes nous méprisent, mais c’est aussi la faute des cyclistes, parce que le nombre de fois où je me fais injurier… Tout à l’heure, vers l’Institut du Monde Arabe, au feu rouge, une jeune femme en vélib qui passe, je lui dis « non mais attendez, ça va pas… » alors là je peux vous dire, les noms d’oiseau, de vieux con, etc, je les ai eus…

Mais c’est vrai que le vélo à Paris c’est devenu kamikaze – depuis un an, je suis passé au casque. Pour traverser la Bastille, depuis quelques mois, j’ai peur. Dans certains coins c’est encore agréable : le boulevard Richard Lenoir, et surtout la piste cyclable là-bas, vers le Grand Palais, ça c’est super. Quand je vais voir mes petits-enfants, c’est à côté de la Porte Dauphine, donc j’y vais en passant par les quais, la Tour Eiffel, puisque je suis un fou de la Tour Eiffel, et puis je remonte au Trocadéro, etc…avec ça, je peux monter !

La pollution – c’est depuis quelques mois, ça ne fait que s’accentuer. Quand je reviens, que j’ai fait 30 km par exemple dans Paris, je n’arrête pas de tousser, j’ai mal aux bronches. Bon, on est aussi dans la période du pollen, avec les arbres en fleurs. C’est épouvantable.

Moi, je suis pas un fou de Paris, c’est pire que ça. Pour moi, c’est la plus belle ville au monde que j’ai connu. Il y a une harmonie, une lumière extraordinaire. Quand vous vous trouvez sur le pont de l’Alma et que vous regardez vers la Tour Eiffel, là vous voyez des ciels, avec des gris d’une tonalité, c’est extraordinaire, c’est les impressionnistes. Je fais du vélo, même si c’est dangereux, parce que Paris c’est beau.

J’en ai toujours fait, je ne sais pas pourquoi j’en fais, mais je le sens quand je n’en fais plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s